Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog du syndicat Sud Collectivités territoriales Basse-Normandie

Articles avec #salaires

Négociations salariales en vue...

22 Février 2016, 17:40pm

Publié par Sud Collectivités Territoriales Basse-Normandie

Parcours professionnels Carrières Rémunérations

Négociations salariales en vue …
Après cinq ans de blocage des rémunérations (point d’indice figé à 4,6302 € depuis juillet 2010) des négociations salariales sont en vue fin février/début mars 2016.
Or les fonctionnaires ont perdu 18 % de leur pouvoir d’achat depuis 2000 ! (en quinze ans, 27% d’inflation contre seulement + 9% d’évolution du point d’indice).
Nous ne nous contenterons pas de mesures symboliques.


Solidaires revendique :
- Le rattrapage des pertes de pouvoir d’achat par l’attribution de 60 points d’indice pour tous-tes.
- Le dégel du point d’indice, pour le porter à 5€.
- L’égalité salariale femmes / hommes (écart de 16% dans le versant Etat, 22% dans le versant hospitalier).
– La réduction des écarts de rémunération entre versants et entre catégories.

Voir les commentaires

La Fonction publique en grève le 18 mars

24 Février 2014, 16:00pm

Publié par Sud Collectivités Territoriales Basse-Normandie

Appel commun des organisations syndicales de la fonction publique Solidaires FSU CGT FO

le 18 mars 2014, toutes et tous en grève et aux manifestations :

Contre l’austérité, pour l’emploi, les salaires, le service public.

C’est pourquoi, face à ces attaques contre la fonction publique et ses agents, les organisations syndicales appellent l’ensemble des agents publics à cesser le travail le mardi 18 mars 2014 et à s’inscrire dans les actions interprofessionnelles et manifestations menées au plan local pour :

 

 La reconnaissance du rôle de la fonction publique, de ses missions et du travail de ses agents ;

 L’augmentation immédiate de la valeur du point d’indice ;

 La revalorisation de tous les salaires et le rattrapage des pertes du pouvoir d’achat ;

 La création des emplois nécessaires au bon fonctionnement des services publics et l’arrêt

des suppressions d’emplois en cours ;

 L’amélioration des conditions de travail.

 

D’ores et déjà, les organisations ont convenu de se revoir après le 18 mars et sont déterminées à

poursuivre leur démarche unitaire la plus large possible en prévision des négociations sur les salaires et

les carrières qui doivent débuter à la mi-mai.

TOUTES ET TOUS EN GREVE ET AUX MANIFESTATIONS

du 18 MARS 2014

 


 

Voir les commentaires

Agent de maîtrise principal nouvelle grille 2014

10 Février 2014, 11:38am

Publié par Sud Collectivités Territoriales Basse-Normandie

Pour les agents de maîtrise principaux on va pas s'etouffer!

Vous appellez cela une revalorisation salariale?

de qui se moque t-on!

La grille agent de maîtrise principal

Voir les commentaires

Nouvelle grille indiciaire catégorie C

9 Janvier 2014, 18:50pm

Publié par Sud Collectivités Territoriales Basse-Normandie

Nouvelle grille indiciaire catégorie C au 1er Février 2014

Le pouvoir d’achat des agents territoriaux ne sera que faiblement amélioré par ces mesures qui sont insuffisantes, elles ne servent qu’à anticiper l’augmentation du SMIC.

 

Les salaires des  fonctionnaires ne sont pas une priorité du gouvernement. Il préfère exonérer les patrons des entreprises du CAC 40. L’augmentation de la TVA, effective depuis quelques jours servira à alimenter les dividendes des actionnaires.

Voir les commentaires

Réunion d'info syndicale Régime indemnitaire

28 Octobre 2013, 08:03am

Publié par Sud Collectivités Territoriales Basse-Normandie

Les syndicats SUD, CGT, CFDT de Caen la mer constitués en Intersyndicale ont décidé d’organiser un certain nombre de réunion à proximité de vos services pour décider collectivement de la démarche adaptée pour obtenir cette revalorisation . le tract

 

Combien d’agent de catégorie C au-dessus de 1500€ ?

 Les agents de catégorie C sont-ils utiles au bon fonctionnement du service public ? 

 

Dates des réunions d’information syndicale (HMI) A Caen la mer en Intersyndicale Sud CGT Cfdt

 

Vendredi 8 novembre

A 9h Conservatoire salle

A 10h30 Bibliothèque Salle de Conférence

 

Mardi 12 Novembre

A 9h Patinoire

A 10h30-11h30 Rémy salle Caravelle

A 12h30-13h30 à Neptune salle Océanos

 

Voir les commentaires

Jours de carence : une mesure inique!

14 Janvier 2013, 17:25pm

Publié par Sud Collectivités Territoriales Basse-Normandie

Sous prétexte de renflouer le « trou de la sécu », il s’agit de punir les agents malades. Les retenues sur salaire ne sont pas reversées à la Sécu, notre collectivité s’enrichit donc sur notre dos !

Après le gel du point d’indice, après l’augmentation des cotisations retraites, le jour de carence vient se rajouter à ces pertes de rémunération.

En revanche, peu d’employeurs s’interrogent réellement sur la dégradation des conditions de travail qui peut expliquer une augmentation des arrêts de travail pour maladie.

Sud revendique l’abrogation du jour de carence et dans l’attente le maintien du salaire, comme certaines collectivités l’ont déjà fait.

Voir les commentaires

Rémunération il y a urgence

12 Octobre 2012, 15:41pm

Publié par Sud Collectivités Territoriales Basse-Normandie

M. le Président dit qu’il ne peut pas augmenter les régimes indemnitaires de la catégorie C car cela occasionnerait trop de distorsion avec les autres communes de Caen la mer.

Ce n’est pas lui, ce sont les autres !

Quelques remarques :

- La taille des communes n’est pas la même, le nombre d’agents non plus.

- La place du budget en terme de rémunération du personnel n’est pas du tout la même dans les communes et à l’agglo.

- Cela ne l’a pas empêché de rémunérer correctement les B et les A !

Sud ne supporte plus le discours libéral de toujours niveler vers le bas.
Doit-on pour autant cesser de se battre?

Non, c’est tous ensemble qu’il faut revendiquer un niveau de vie décent pour chacun.

Voir les commentaires

Revalorisation des bas salaires de la FPT!

28 Décembre 2011, 16:49pm

Publié par Sud Collectivités Territoriales Basse-Normandie

C'est une réelle revalorisation salariale que nous voulons pas d'un ajustement à chaque fois que le SMIC augmente. Le tassement des échelles est inadmissible. La catégorie B est également touchée.

 

570 000 territoriaux sont concernés par cette revalorisation

570 000 territoriaux qui sont au SMIC donc

 

- IB 244 (IM 295) à IB 309 (IM 299) + 7 points d'indice
- IB 310 (IM 300) + 6 points
- IB 311 et 312 (IM 301) + 5 points
- IB 313 (IM 302) + 4 points
- IB 314 à IB 316 ((IM 303) + 3 points
- IB 317 (IM 304) à IB 319 (IM 305) + 2 points
- IB 320 (IM 306) + 1 point.

Voir les commentaires

le libéralisme dans la fonction publique

22 Mars 2008, 16:30pm

Publié par Sud Collectivités territoriales Basse-Normandie


Attention danger!

L'avant-projet de loi sur la mobilité des fonctionnaires prévoit la possibilité de cumuler des temps non complets et autorise le recours à l'intérim!
L'avant-projet de loi sur la mobilité des fonctionnaires, destiné à fournir aux administrations les «outils
pour gérer les réorganisations» et «gérer au plus près leurs effectifs dans le cadre de la revue générale
des politiques publiques (RGPP)», sera examiné demain par le Conseil supérieur de la fonction
publique de l'Etat, indique "Les Echos" (17/3)
Quatre de ses articles ont focalisé particulièrement les critiques syndicales. L'un prévoit des aides à la
mobilité pour les administrations d'accueil lors de restructurations. Un autre généralise la possibilité de
cumuler des temps non complets. Le troisième autorise le recours à l'intérim. Le quatrième crée un
dispositif de «réorientation professionnelle».
C'est cet article 7, le plus contesté, dont Bercy a proposé une nouvelle rédaction aux syndicats. Il prévoit désormais que les syndicats aient leur mot à dire dans les restructurations en imposant une
information des comités techniques paritaires où siègent les syndicats sur les projets de restructuration.
Il supprime aussi les deux ans au bout desquels un fonctionnaire qui n'aurait pas pris un nouveau poste
pouvait être mis en disponibilité d'office, donc cesser d'être payé. C'était le point le plus controversé
du texte.
Mais il est peu probable que cela suffise à convaincre les syndicats (la CGT a d'ailleurs encore
contesté vendredi l'avant-projet de loi dans un communiqué). La mise en disponibilité d'office pourra
en effet s'appliquer lorsqu'un fonctionnaire en réorientation professionnelle aura «refusé
successivement trois emplois correspondant à son grade et à son projet d'évolution professionnelle»,
précise le nouvel article 7.
Cette disposition, commente le quotidien économique, ressemble à ce qui existe déjà pour le
fonctionnaire mis en disponibilité qui veut revenir dans son administration: en cas de refus successif
de trois postes, «il peut être licencié» («après avis de la commission administrative paritaire»
seulement). Mais, surtout, elle n'est pas sans rappeler la règle de la suppression des allocations
chômage que le président de la République veut voir appliquer à tout demandeur d'emploi qui
refuserait trois offres valables d'emploi.

Voir les commentaires

Les salariés de plus en plus tentés par la grève pour défendre leur pouvoir d'achat

15 Mars 2008, 15:24pm

Publié par Sud Collectivités territoriales Basse-Normandie

Interrogés à la mi-février par Ipsos pour l'Observatoire des acteurs du travail Manpower-LCI-« Les Echos », les salariés sont 52 % à se dire préoccupés par leur salaire et 41 % à anticiper une baisse de leur pouvoir d'achat. Les patrons, quant à eux, réduisent fortement leurs perspectives d'embauche.
>

Le moral en berne des Français peut s'exprimer dans les urnes aussi bien que dans leur entreprise. Tentés, pour certains, de sanctionner la droite aux élections municipales des 9 et 16 mars, ceux-ci se disent de plus en plus nombreux à vouloir faire grève si un mouvement se  déclenche sur leur lieu de travail. C'est, en tout cas, l'un des principaux enseignements à tirer de la cinquième vague trimestrielle de> l'Observatoire des acteurs du travail réalisée par Ipsos, en partenariat avec l'institut Manpower, LCI et « Les Echos ».
>
> Les patrons ont conscience de faire face à une situation plus tendue :  près d'un sur dix (9 %) s'attend à devoir gérer un conflit social  dans les mois qui viennent, contre 4 % en novembre. Le sondage leur donne
> raison, en évoquant un potentiel de mobilisation en hausse de 4  points  sur un trimestre, dans le public comme dans le privé : 53 % des  salariés  du privé se disent prêts à participer à un éventuel mouvement
de grève  les concernant, contre 49 % trois mois plus tôt. C'est également  le cas  de 63 % des fonctionnaires, contre 59 % en novembre.
>
> Le moral se dégrade nettement chez les moins de 35 ans, dont la  satisfaction (-7 points) semble inversement proportionnelle à leur  degré  de stress (+10 points) et d'inquiétude (+5 points). Ils ont été, 
d'ailleurs, les premiers frappés (+2,1 %) par la recrudescence du  chômage, en janvier. C'est également le cas des salariés du secteur  public, dont les sentiments négatifs (inquiétude, stress, colère) croissent de 8 points quand leur motivation et leur satisfaction  diminuent de 6 points. Le climat est meilleur dans les entreprises  privées, où la motivation (+8 points) augmente presque autant que le stress (+9 points).
>
> Les sujets de déception n'ont guère évolué depuis l'automne,
> mais ils se concentrent de plus en plus sur les questions de pouvoir d'achat. En mai 2000, ce thème provoquait le même degré d'inquiétude que l'emploi  et le temps de travail. Les débats sur le niveau d'inflation et le manque de concurrence dans la grande distribution ont propulsé la question des salaires en tête des préoccupations cet automne (51 %),  pour atteindre un nouveau record en février (52 %). Les salariés
> interrogés sont ainsi plus de quatre sur dix (41 %) à redouter une dégradation de leur pouvoir d'achat. Moins de deux sur dix (18 %) anticipent une augmentation. L'emploi (27 %) et le temps de travail  (17 %) n'arrivent que très loin derrière.
>
> La confiance dévisse
> La donne pourrait changer, mais pas pour des raisons positives, si
> l'on en croit les inquiétudes formulées, cette fois-ci, par les chefs
> d'entreprise. Comme en novembre, 35 % d'entre eux entendent augmenter
> les salaires. En revanche, le nombre de ceux espérant embaucher
> dans les  prochains mois chute. Ils ne sont plus que 26 % dans ce cas, contre
> 38 %  en juillet 2007. C'est l'indicateur qui se dégrade le plus, ce qui
> peut laisser penser que la baisse du chômage de janvier n'était
> pas un  accident. Autre mauvaise nouvelle : leur confiance vis-à-vis des
> pouvoirs publics dévisse. En novembre, les chefs d'entreprise
> étaient  31 % à leur faire confiance pour défendre leurs intérêts. Ils ne
> sont  plus que 24 % aujourd'hui.
>
> LUCIE ROBEQUAINᅩ

Voir les commentaires

1 2 > >>