Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du syndicat Sud Collectivités territoriales Basse-Normandie

Fonctions publiques en danger!

17 Avril 2008, 09:39am

Publié par Sud Collectivités territoriales Basse-Normandie

Le 4 avril dernier, le Conseil de la modernisation des politiques publiques, présidé par Nicolas Sarkozy, a rendu ses nouvelles orientations ¨ Le 9 avril, le projet de texte sur la mobilité des fonctionnaires et le parcours professionnel a été adopté en conseil des ministres ¨ Le projet sera soumis au parlement le 09 juin 2008 ¨
 Danger sans précédent depuis la création du statut de la fonction publique en 1946, la RGPP (révision générale des politiques publiques) est tant un recul social qu'un choix politique de société (dans un sens totalement libéral) ¨ Sous réserve de maigres avancées, ce sont en fait les fondements du service public qui sont remis en cause ¨ Cette réforme a un objectif évident : réduire les services de l’Etat au strict minimum requis pour son existence afin de n'en conserver que les missions minimales ¨ Ce qui offrira à court terme aux entreprises privées les juteux marchés des services publics délaissés par l’Etat, avec, bien entendu, une dégradation du service rendu (cf. France Telecom)
¨ Pour comprendre cette casse, un peu d’histoire : Le travail effectué par les fonctionnaires exprime le pouvoir politique et le met en forme ¨ Il donne sa substance aux décisions et rend compte de la réalité des choix de société ¨ C’est pourquoi les grandes valeurs du service public - égalité, neutralité, compétence - ont été institutionnalisées par le statut en 1946, et harmonisées pour les trois fonctions publiques, Etat, territoriale et hospitalière en 1983 et 1984 ¨ Ces dispositions garantissent des droits et fixent des obligations au fonctionnaire ¨ Elles sont le garant d’une utilité sociale et citoyenne ¨

Ces attaques contre les personnels, contre les missions, contre les solidarités nationales et la justice sociale sont au menu de la RGPP qui se décide dans quelques salons feutrés, de manière opaque, sans débat citoyen et démocratique, sans publicité et sans consultation populaire et syndicale.

Commenter cet article