Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du syndicat Sud Collectivités territoriales Basse-Normandie

G8 au Havre 21 Mai départ de Caen

29 Avril 2011, 09:51am

Publié par Sud Collectivités Territoriales Basse-Normandie

Départ de Caen pour aller manifester au Havre le 21 Mai

Départ en Bus 10h Stade Nautique

Inscriptions sur g8g20caen@gmail.com

 

Les mouvements sociaux et citoyens se mobilisent les 21 et 22 mai au Havre.

Trente quatre organisations citoyennes – associations, syndicats, mouvements sociaux et citoyens – appellent à la mobilisation les 21 et 22 mai prochains face au G8 illégitime.

Le G8 se réunira à Deauville les 26 et 27 mai. Les huit chefs des États les plus puissants partagent la responsabilité d’un sombre héritage : trente cinq ans de modèles et de politiques dont les impasses éclatent au grand jour partout dans le monde. Ces modèles aggravent les inégalités, entre les pays du Nord et ceux du Sud, au sein même des pays riches et fragilisent de plus en plus l’avenir même de la planète. Les révoltes populaires dans le monde arabe et au Proche-Orient exigent justice sociale et démocratie. Au Japon, la catastrophe de Fukushima impose de réorganiser les choix énergétiques. Et en Europe , les citoyens s’opposent massivement aux plans d’austérité qui conduisent au démantèlement des services publics et des protections sociales, comme les peuples des pays pauvres exigent que les États les plus riches mettent fin au pillage de leurs richesses et tiennent leurs engagements en matière de solidarité internationale. Sur tous les continents, les populations s’organisent pour faire respecter leurs droits…

Nos organisations, réunies dans le collectif français G8G20 2011, partagent quant à elles une conviction : l’accès de tous aux droits humains fondamentaux et la protection de notre planète passent par un juste partage des richesses, d’autres modes de développement et une gestion démocratique des biens communs.

Face au G8, elles appellent à un week-end de mobilisations les 21 et 22 mai au Havre. Tout au long du week-end, la ville sera ouverte à toutes celles et ceux qui refusent qu’une minorité auto-désignée décide au nom des peuples, et qui veulent démontrer, à travers leurs pratiques et leurs propositions, que des voies alternatives existent. A nos côtés, des représentants des mouvements sociaux et citoyens du monde entier participeront à ce week-end de mobilisations pour porter la voix des peuples et de leurs résistances pour la paix et la démocratie, la justice sociale et écologique.

Au programme Samedi 21 mai à partir de 15 heures : Marche internationale dans les rues du Havre

 En soirée : meeting international et concert. Dimanche 22 mai toute la journée : Forums citoyens autour de l’Université.

Voir les commentaires

1er Mai Caen Place St Pierre 10h30

28 Avril 2011, 17:31pm

Publié par Sud Collectivités Territoriales Basse-Normandie

Manifestation 1er Mai 2011 Caen Place St Pierre 10h30

 

La solidarité internationale des travailleurs/ses

 

Patronat et actionnaires sont organisés par delà les frontières, ils et elles ont des institutions internationales qui servent leurs intérêts : Fonds monétaire international, Banque mondiale, Organisation mondiale du commerce,…

 

Plus que jamais, le syndicalisme doit être internationaliste

.

Nous soutenons les révoltes des peuples du Maghreb et du Moyen-Orient ; c’est d’autant plus nécessaire que dans

chacun de ces pays le camp de la réaction tente de prendre le dessus, de tirer un trait sur les insurrections populaires.

Refuser les discriminations et la politique de haine Ministres et autres conseillers du président Sarkozy

multiplient les provocations à la haine et au racisme. Le Front national veut surfer sur cette vague pour implanter plus en profondeur ses idées nauséabondes dans la population. Il essaie même d’instrumentaliser le syndicalisme.

Les valeurs défendues par le syndicalisme sont à l’opposé de cette idéologie ; nous combattons l’exclusion, le racisme, le rejet des minorités.

 

Syndicalistes, nous voulons le progrès social pour tous

 

lorsqu’on le réserve à une minorité et en mettant en péril la planète, ce n’est pas du progrès ! Nous soutenons les luttes

pour des transports écologiques, pour la sortie du nucléaire et l’arrêt des autres industries dangereuses après avoir réglé

la question de la reconversion des salarié-e-s qui y travaillent.

travail, prend un relief particulier dans un monde marqué par

des évolutions majeures.

 

 

Le respect de nos droits, en imposer de nouveaux

 

Avec le vote de la loi sur les retraites, patronat et gouvernement ont imposé un recul social important. Nous avons pu

analyser les raisons de notre défaite dans cette bataille sociale. Cette lutte a aussi montré les potentialités du mouvement social, lorsqu’il s’unit, agit avec détermination, s’organise de manière démocratique et refuse les compromissions.

Nous avons des droits : ceux que nous imposons, dans les entreprises et au dehors. Reprenons l’offensive, utilisons notre force collective !

Voir les commentaires

Face au Front national et aux idées xénophobes

12 Avril 2011, 08:04am

Publié par Sud Collectivités Territoriales Basse-Normandie

 

 

Face au Front national et aux idées xénophobes : Vigilance, Combativité et Résistance



Depuis quelques mois, le Front national revient sur le devant de la scène politique et médiatique. Son

changement de présidence aurait selon certains observateurs changé la nature de ce parti et celui-ci

serait en train de se banaliser dans la vie républicaine.

Dans un contexte européen marqué par la remontée de courants racistes, xénophobes ou même

ouvertement fascistes, l’Union syndicale Solidaires récuse et condamne fermement cette

« banalisation » d’un parti qui reste profondément antirépublicain, xénophobe, sexiste et raciste.

La multiplication ces dernières années des déclarations et des mesures amalgamant sécurité,

immigration, religion, laïcité…, au-delà même des seuls membres d’une droite soi-disant

décomplexée, a fini par renforcer et légitimer des discours auparavant uniquement portés par le Front

national.

Dans le même temps, l’accélération des politiques libérales et sécuritaires a généré une aggravation du

chômage, un développement des inégalités sociales, de la précarité, de la pauvreté et de l’exclusion qui

n’a fait qu’accroître une désespérance sociale sur laquelle le Front national prospère en surfant sur les

peurs et l’anxiété face à l’avenir.

Alors que l’exaspération face au sentiment de n’être ni écoutés ni entendus, touche une partie toujours

plus grande de la population, le Front national a nettement opté, notamment à travers la mise en avant

de Marine Le Pen, pour une « stratégie de gouvernement » et essaye d’avancer masqué derrière une

façade supposée plus respectable, plus sociale et plus crédible.

Pour Solidaires, il est clair que le Front national n’est pas un parti comme un autre : La base de sa

politique est la préférence nationale, idée nauséabonde et profondément opposée aux valeurs que nous

portons et défendons. La haine, le rejet de l’autre font porter sur les étrangers tous les maux de notre

société. Par-delà ces fondements haineux et racistes, il est également de notre responsabilité syndicale

de dénoncer la réalité d’un programme du FN qui s’avère profondément antisocial.

Face à l'Europe et à la mondialisation libérale, contraires aux intérêts des salarié-e-s et aux besoins

sociaux fondamentaux, les réponses protectionnistes du FN comme la sortie de l'Euro ne visent qu'à

protéger le capitalisme national sans s'attaquer au rapport capital/travail et à la financiarisation de

l'économie. Aux antipodes d'une société solidaire et de transformation sociale, le projet du FN

aboutirait à aggraver la concurrence par une série de dévaluations compétitives, à plus de dumping

social et fiscal, à l'exacerbation des tensions xénophobes et nationalistes.

Le monde du travail est clairement devenu une cible privilégiée dans la stratégie du Front national.

Mais derrière un discours démagogique de façade visant à présenter ce parti comme le seul défenseur

des « petits » contre « les gros », le contenu concret de son programme, renvoyant de fait au chacun

pour soi, est tout autre, que ce soit en matière de remise en cause de la durée du travail,

d’harmonisation par le bas et de mise à mort du système de retraites par répartition, de destruction de

la législation du travail, de remise en cause du droit de grève, d’instauration d’un service public a

minima…

Le syndicalisme, tout particulièrement celui de lutte et de transformation sociale, est considéré par le

Fn comme « un des maux qui « asphyxient l’entreprise française […] un des obstacles majeurs aux

réformes nécessaires de la société française ». Pour le Fn, le syndicalisme devrait être uniquement basé

sur des organisations professionnelles par branche… Vision corporatisme qui ne pourrait qu’engendrer

inégalités et protections à minima.

Lors des dernières élections cantonales, le Front national a tenté d’instrumentaliser les organisations

syndicales en présentant quelques candidats qui avançaient leur appartenance à une organisation ou

une autre. Ceux-ci s’étant vu retirer leurs mandats, le FN a annoncé la création d’un Cercle national

de défense des travailleurs syndiqués, qu’il a présenté comme une « Association de défense des

intérêts sociaux, moraux et juridiques » des militants FN subissant au sein de leurs syndicats

« discriminations politiques et exclusions » (sic !).

L’Union syndicale Solidaires appelle toutes ses organisations membres à la vigilance face à la

stratégie d’entrisme du FN en direction de l’ensemble des organisations syndicales.

L’Union syndicale Solidaires rappelle que le syndicalisme repose sur la défense et l’amélioration des

droits individuels et collectifs dans une perspective de transformation sociale. Cette perspective et la

défense de nos valeurs suppose la solidarité entre tous les salarié-e-s et le refus de toutes formes de

racisme, de sexisme, d’homophobie.

L’Union syndicale Solidaires engagée dans les combats contre les politiques xénophobes ne fera

aucune concession au Front national ni dans ses propositions, ni dans sa place dans le syndicalisme et

rejette toute forme de banalisation de ce parti et de ses idées nauséabondes.

Solidaires considère qu’il est de sa responsabilité de combattre le FN, ses projets et de démontrer en

quoi ils sont contraires aux intérêts et aux revendications des salarié-e-s.

À l’occasion de son Comité national, Solidaires réaffirme la nécessité de ce combat et continuera à

développer les expressions et les luttes pour le gagner y compris en prenant des initiatives

intersyndicales et unitaires nécessaires et réaffirme son engagement dans VISA (Vigilance et

initiatives syndicales antifascistes).

 

Voir les commentaires