Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du syndicat Sud Collectivités territoriales Basse-Normandie

Pour un vrai service public de l'école, tous les jours

26 Mai 2008, 18:07pm

Publié par Sud Collectivités territoriales Basse-Normandie

 Nous ne défendons aucun supposé "privilège". Sans parler des faits divers qui font la une des journaux, nos métiers sont de plus en plus complexes au quotidien, et nos niveaux de rémunération baissent. Un professeur des écoles (bac+3 + 1 an de formation professionnelle) débute à 1433, 86 € net, ce n'est pas glorieux. Les agents d'entretien, les collègues employés dans les secrétariats ou en vie scolaire sont sous-payés. Notre temps de travail ne baisse pas. Celui des enseignants est loin de se limiter au temps passé avec les élèves. Notre système de retraite tend à devenir aussi défavorable que celui du privé. La garantie de l'emploi (réservée aux seuls titulaires) est menacée de disparition.

Si nous sommes en lutte, c'est parce que le service public d'éducation ne remplit pas ses missions essentielles aujourd'hui dans une riche démocratie comme la France. Et parce que la "libéralisation" des services publics aggrave la situation. Supprimer 80 000 postes, vouloir faire mieux avec moins de moyens, c'est une escroquerie.

Pour nous, un vrai « service minimum » tous les jours, cela signifierait par exemple :

 Du personnel titulaire et bien formé sur chaque poste.

 Des remplacements immédiats en cas d'absence.

 Une prise en charge adaptée pour tout enfant à besoin éducatif particulier.

 Des effectifs de classe raisonnables.

 Une offre pédagogique variée.

 Un service de proximité assuré même en zone rurale ou dans les quartiers populaires.

 Des locaux, un budget et du matériel à la hauteur des besoins.

Ce "service minimum", ce n'est pas la lune, c'est tout simplement les moyens de base pour fonctionner. C'est juste ce à quoi la jeunesse de notre pays a droit. Et c'est ce droit à une éducation correcte pour tous qui est de plus en plus bafoué.

Pourquoi est-ce seulement pour les grèves qu'on parle de "service minimum" ?

La réalité aujourd'hui, c'est... Plus de remplaçant pour les absences courtes dans les écoles de plus de 4 classes, des départs en formation continue annulés faute de remplaçants. Et là, personne ne crie au scandale alors que l'accueil des enfants ne peut pas être assuré convenablement.

La réalité aujourd'hui, c'est aussi... Des locaux souvent inadaptés, du matériel (informatique en particulier) obsolète et sans maintenance suffisante. Des élèves qui relèvent de dispositifs particuliers mais se retrouvent en classe "ordinaire" sans accompagnement. Le recours à des précaires mal payés, sans formation véritable pour accueillir les élèves handicapés. Des classes trop chargées, notamment en maternelle. Des enseignants spécialisés en nombre insuffisant ne permettant pas de répondre convenablement à la difficulté scolaire.  Des écoles et des collèges qu'on ferme dans certaines zones, obligeant les familles à supporter des transports.

Ce "service minimum", que nous demandons pour nos élèves, n'est pas suffisant. De nombreuses réformes sont indispensables pour améliorer l'école publique. Mais il est scandaleux que certains considèrent la situation actuelle comme normale, voire confortable.

Voir les commentaires

Solidaires signe sur le dialogue social public mais...

26 Mai 2008, 17:58pm

Publié par Sud Collectivités territoriales Basse-Normandie

Relevé de conclusions relatif à la rénovation du dialogue social dans la Fonction publique Relevé de conclusions, relatif à l’évolution de l’architecture et du rôle des actuelles CAP
Messieurs les ministres,
Le 6 mai dernier, vous soumettiez à notre signature les relevés de conclusions cités en objet. Le contexte social dans lequel nous nous trouvons a lourdement pesé sur les discussions au sein de notre organisation. En effet, le gouvernement s’attaque frontalement à la Fonction publique, aux services publics et aux personnels, notamment par la destruction du statut. De surcroît, les mobilisations importantes des personnels qui perdurent et s’amplifient n’ont reçu de votre part que mépris et propos douteux remettant en cause le droit de grève. La réaction du Président de la République à la mobilisation massive du 15 mai dernier est l’exemple même de la provocation et du non-dialogue social.

Aujourd’hui, nous ne pouvons que constater que le dialogue social est au point mort et que vous en portez la responsabilité. Le contexte est aussi marqué par un débat important sur la représentativité des organisations syndicales. La position commune adoptée par certaines organisations ne saurait servir de base à la représentativité dans le secteur privé. En effet, cette position ne se base pas sur une représentativité déterminée par des élections et ne permet pas une véritable présentation libre dès le premier tour d’organisations syndicales légalement constituées. Nous demandons donc au gouvernement de ne pas reprendre cette position qui risque de s’avérer restrictive par rapport à la situation antérieure.

Contrairement à la position commune, le relevé de conclusions sur le dialogue social dans la Fonction publique ne définit pas de seuil de représentativité et permet de se présenter au premier tour des élections. Pour autant, nous dénonçons toujours le fait que ce premier tour ne soit ouvert qu’aux organisations légalement constituées depuis au moins deux ans et remplissant les conditions d’indépendance et de respect des valeurs républicaines. Pour l’Union syndicale Solidaires, toute organisation légalement constituée doit pouvoir se présenter librement au premier tour des élections. Nous demandons donc au gouvernement de retirer ces conditions du texte.
Si cette période de deux ans devait perdurer, nous demandons au gouvernement de préciser si cette durée concerne l’existence de l’organisation syndicale dans l’établissement, le service, la collectivité locale ou au niveau de la fédération ou de l’union à laquelle appartient cette organisation. Nous demandons au gouvernement que le dispositif prévu en matière électorale par ce relevé de conclusion soit appliqué dès les prochaines élections, en octobre 2008, dans les collectivités territoriales. Les périodes transitoires définies par ce texte posent un calendrier précis pour arriver à une représentativité basée uniquement sur l’élection et pour arriver à des accords majoritaires en voix. Si nous considérons ce texte comme insuffisant et comportant certains aspects négatifs, comme le fait que les comités de suivi des accords ne soient ouverts qu’aux seules organisations signataires, nous prenons acte que des avancées existent par rapport à la situation actuelle régie par la loi Perben.
En ce sens, l’Union syndicale Solidaires signera ce relevé de conclusions. Notre union ne considèrerait plus cette signature comme valide si le relevé de conclusions relatif à l’évolution de l’architecture des actuelles CAP n’était pas retiré. En effet, ce projet qui met à mal de nouveau, la défense et la gestion des personnels, est totalement inacceptable.

 L'Union syndicale Solidaires précise qu’elle ne valide toujours pas l’organisation d’une négociation triennale pour fixer les mesures générales concernant le traitement des personnels. En effet, ce dispositif ramené dans le relevé de conclusion relatif au dialogue social a été validé lors des négociations salariales et condamné par notre organisation qui réclame toujours une négociation annuelle obligatoire. L’Union syndicale Solidaires sera vigilante quant à l’application et la déclinaison de cet accord. Elle pourra, selon l’attitude du gouvernement, dénoncer toute dérive qui n’irait pas vers plus de démocratie sociale et de liberté de choix des personnels.
Pour notre union, le dialogue social devrait consister pour le gouvernement à écouter et entendre les revendications des personnels.
La mise en place de ces outils ne signifie pas un blanc seing donné à la politique gouvernementale. Dans une période de politique de régression sociale, l’Union syndicale Solidaires continue à appeler les personnels à développer les luttes et exige du gouvernement des réponses immédiates à leurs revendications.

Voir les commentaires

Caen la mer : rien de neuf

24 Mai 2008, 15:39pm

Publié par Sud Collectivités territoriales Basse-Normandie

A Caen la mer : rien de neuf.

Du côté de la présidence rien ne bouge. Les syndicats n'ont toujours pas été reçus par le Président. Dans les services, les délégations tardent à arriver. Les agents commencent à trouver le temps longs. Des espoirs étaient nés. Une agglo à gauche, cela pouvait faire réver. On ne condamne pas d'avance, mais les agents de Caen la mer veulent que cela bouge!

Les nominations dans la commission du personnel inquiète Sud.
Il est sûr qu'il va falloir se battre. Les agents auront besoin d'un syndicat combatif et porteurs de leurs revendications.

Les réunions dans les services de l'agglo organisées par le syndicat Sud ont été riches en échanges.

La plate-forme revendicative que nous expliquerons au Président s'affine. Nous lui en ferons part dès qu'il nous recevra.

Le dialogue social : chiche! mais il ne faut pas trop tarder.


Voir les commentaires

Livre blanc sur la Fonction publique : Un pavé de plus pour la casse de la Fonction publique et le renforcement du clientélisme !

23 Mai 2008, 16:04pm

Publié par Sud Collectivités territoriales Basse-Normandie

Livre blanc sur la Fonction publique :
Un pavé de plus pour la casse de la Fonction publique
et le renforcement du clientélisme !

 Le contenu du livre blanc sur les valeurs et les missions de la Fonction publique remis par Jean Ludovic Silicani revient sur les grandes lignes d'un projet ficelé depuis longtemps qui a pour finalité de dynamiter la Fonction Publique pour démanteler des services de l'Etat, liquider les services publics, les soumettre aux règles de la concurrence et les pousser à la privatisation.
Tous les jours, dans les collectivités territoriales, nous observons les répercussions de ces politiques qui démantèlent les services de l'Etat.
Le dialogue social n'a servi à rien, les auditions des organisations syndicales restant lettre morte.
Les préconisations du Livre Blanc visent à accompagner ces politiques : suppression de la sécurité de l'emploi (possibilité de licencier des fonctionnaires), introduction d'une part variable dans le traitement lié à l'évaluation, recrutement sous droit privé, organisation des emplois en filières pour accélérer les restructurations et les fusions....
Si les agents publics ont un statut, ce statut a une histoire. Il a été jugé nécessaire pour dégager les agents publics de l'arbitraire politique. Il a été construit sur plus d'un siècle en dehors de tout dogmatisme. Le statut n'est pas un carcan, il est un rempart pour l'indépendance des fonctionnaires, et donc pour la continuité du service public face aux rotations des employeurs politiques élus. C'est pour garantir la qualité, l'impartialité et l'égalité de traitement des usagers dans l'accès au service rendu qu'ont été établis les principes statutaires reposant sur des droits et garanties en contre partie d'obligations.

Le rapport au lieu de dénoncer les dérives statutaires et de préconiser des règles résorbant la précarité, améliorant les cadres statutaires des emplois, suggère que les personnels contractuels soient régis désormais par des conventions collectives de droit privé, il propose de faciliter les passages entre le statut et le contrat, il préconise de définir le champ d'activité des contractuels ce qui revient à pérenniser la contractualisation. Nous sommes contre la contractualisation qui met à mal ces principes.
La Fédération Sud Collectivités Territoriales revendique un véritable plan de titularisation pour les non-titulaires assorti de règles sanctionnant les pratiques abusives de recours à ce type d'emplois. Dans ce cadre nous revendiquons le renforcement des moyens de l'inspection du travail et l'extension de ses compétences à toutes les collectivités et établissements relevant de la Fonction Publique Territoriale.
Le livre blanc préconise d'augmenter considérablement la part variable du traitement lié au mérite et aux résultats. Associé à l'évaluation individuelle, il s'agit de rémunérer à la tête du client. Cette rémunération au mérite casse le principe même d'un fonctionnaire soucieux de rendre un service public de qualité pour le remplacer par des personnels soucieux de réaliser des objectifs fixés par des statistiques, où l'usager devient un chiffre dans une colonne d'indicateurs.
Les agents revendiquent de meilleurs salaires, une reconnaissance professionnelle, un déblocage de leurs carrières qui passe par une réelle reconnaissance des savoir-faire, des diplômes et titres nationaux, une re-qualification des emplois, la valorisation des examens professionnels et des concours par la nomination des agents dans leur nouveau grade, pour en finir avec les listes de « reçus-collés », l'avancement des tous les agents remplissant les conditions statutaires par la mise en place de véritables carrières linéaires.
Monsieur Silicani a repris les conclusions du rapport Desforges sur le recrutement. Il préconise un recrutement plus professionnel. De fait, c'est un véritable CV qu'il faudra présenter pour accéder à la fonction publique ou pour évoluer en interne.
Pour la Fédération Sud Collectivités Territoriales si les concours doivent comprendre plus d'épreuves professionnelles, le concours doit rester une épreuve la plus égalitaire possible.
Les réformes proposées dans le Livre Blanc ne feront que renforcer dans les collectivités territoriales le clientélisme, les privilèges », passe droits !!!

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Pour la défense des retraites : les salarié-es sont descendus massivement dans la rue !

23 Mai 2008, 14:11pm

Publié par Sud Collectivités territoriales Basse-Normandie

Jeudi 22 mai, les salarié-es sont descendus massivement dans la rue pour refuser le passage aux 41 annuités annoncé par le gouvernement. 700 000 manifestant-es dans toute la France avec une présence très importante de salariés du privé mais aussi de jeunes et de retraité-es.
Un nouvel allongement de la durée de cotisation entraînerait une nouvelle baisse du niveau des pensions comme cela est déjà le cas avec le passage aux 40 annuités.
Le Medef a d’ailleurs annoncé la couleur en indiquant qu’il veut un passage à 45 annuités de cotisation et faire passer l’âge légal de départ à la retraite à 62 ans ! Alors que les conditions de travail se dégradent, que la souffrance au travail se développe et que, dans le même temps, les profits se portent très bien, il ne faut pas travailler plus mais moins : c’est pourquoi l’Union syndicale Solidaires revendique le retour aux 37,5 annuités pour tous, public et privé, un départ anticipé pour les travaux pénibles, et le maintien de l’âge légal de départ à la retraite à 60 ans. Il faut stopper cette logique de régression sociale permanente. Le gouvernement, pour l’instant, campe sur ses positions.Face à cette intransigeance, il est urgent de donner une suite à la mobilisation du 22 mai.L’ensemble des organisations syndicales a la responsabilité de tracer très rapidement de nouvelles perspectives de grèves et de manifestations, avec la perspective d’un mouvement d’ensemble pour mettre un coup d’arrêt à cette politique anti-sociale, en fédérant les revendications : retraites, assurance-maladie, services publics, emploi, pouvoir d’achat… Il s’agit bien d’obtenir un autre partage des richesses produites par l’ensemble de la collectivité.

Voir les commentaires

Les Solidaires fortement mobilisés ont sorti les couleurs.

23 Mai 2008, 08:43am

Publié par Sud Collectivités territoriales Basse-Normandie


Manifestation Retraites Public-Privé 22 Mai 08 à Caen
Les Solidaires fortement mobilisés ont sorti les couleurs.

Voir les commentaires

Mobilisation jeudi 22 mai des agents Territoriaux

21 Mai 2008, 15:41pm

Publié par Sud Collectivités territoriales Basse-Normandie

A la veille d'une grande mobilisation ce jeudi 22 mai, les agents des collectivités Territoriales se préparent à se mettre largement en grève demain. D'habitude peu mobilisés, il semble que les agents de la fonction publique territoriale en aient ras le bol. Le 15 mai, la réponse de Sarko a été de leur dire qu'ils seraient les briseurs de grèves des profs. En 2003, ils avaient largement participé au mouvement. En 2008, ils feront entendre leur voix.
Manifestation à Caen Place Saint Pierre à 10h30 précise. Arrivez en avance, il n'y aura pas de place pour tout le monde.

Voir les commentaires

37,5 annuités Retraite le 22 mai 10h30 Pl. St Pierre Caen Manifestation

15 Mai 2008, 15:56pm

Publié par Sud Collectivités territoriales Basse-Normandie

Tous dans la rue le 22 Mai pour la sauvegarde de notre retraite.
Allons nous laisser faire.

Voir les commentaires

Défense du service public : Grève et manif à Caen 10h Pl. St Pierre

3 Mai 2008, 16:35pm

Publié par Sud Collectivités territoriales Basse-Normandie

Pour la Défense du service public.
Le syndicat Sud Collectivités Territoriales appelle tous les agents à se mettre en grève le
Jeudi 15 mai et à  se rendre à la manifestation à Caen Place St Pierre à 10h dans l'unité avec CGT, FSU, Unsa et Cftc.
La riposte doit être de grande ampleur, si nous ne voulons pas notamment la perte de notre statut.

Voir les commentaires